Groupe Paris ABF

Le blog du groupe Paris de l'Association des Bibliothécaires de France


2 Commentaires

« Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » compte-rendu de la journée du 21 mai 2015


Les groupes Paris et Ile-de-France de l’ABF a organisé une journée d’étude le 21 mai 2015 : « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » Les bibliothèques après les événements de janvier 2015.

Le jeudi 21 mai 2015 à la médiathèque Françoise Sagan
square Alban Satragne, 75010 Paris

Comprendre, agir, construire, sont les trois idées autour desquelles a été organisée la journée : la bibliothèque peut être lieu de mixité sociale, maison commune et outil de construction du citoyen, alors que certains s’en sentent si violemment exclus ou s’en excluent.

Après les terribles assassinats de janvier, les débats ont été vifs dans les équipes : pourquoi ? Que peut-on faire ?  Comment et avec qui ?

LE COMPTE-RENDU DE CETTE JOURNEE JE_ABF_20150521_BernardMnich

Programme (téléchargez leprogramme_JE-ABF-21mai2015(1)(4)

9h : Accueil

9h30-12h30 : Comprendre

Modératrice : Céline Viguié

9h30 : Introduction de la journée par Anne Verneuil, présidente de l’ABF
9h40 : Les bibliothèques et la République, par Cristina Ion, chef du service Sciences sociales à la BnF
10h10 : Dialogue avec la salle

10h20 : Compte rendu de deux expériences de terrain :
• Au cœur d’un quartier sensible : les réponses de l’équipe de la médiathèque Shakespeare de Montpellier par Isabelle Gassenq, responsable de la médiathèque
• Co-construire une politique de lecture publique dans un quartier d’habitat social : mise en place d’un Contrat-Territoire-Lecture à Chevilly-Larue, avec Danièle Frelaut, bibliothécaire retraitée, membre du Bureau d’ACCES (Action culturelle contre les exclusions et les ségrégations)

11h : Dialogue avec la salle

11h10 Pause

11h25 : Le rôle des médiathèques dans les dynamiques sociales et cuturelles des quartuers populaires: quelle place des jeunes ? par Joëlle Bordet, psychosociologue, chercheur au Centre scientifique et technique du bâtiment, auteur de Adolescence et idéal démocratique : Accueillir les jeunes des quartiers populaires avec Philippe Gutton et la participation de Serge Tisseron, In Press, 2014
12h10 : Dialogue avec la salle
12h30 : Déjeuner libre et  Visite possible de la nouvelle médiathèque Françoise Sagan pres bib Sagan abf

 

 

14h-16h30 : Agir
14h-15h30 : Ateliers participatifs : à chacun d’apporter ses expériences, ses idées, ses questions, sans oublier les obstacles ou les échecs rencontrés
En partenariat avec les associations départementales de coopération entre bibliothèques suivantes : Intermédia 78, Médiabib 91,  Cible 95

Atelier n°1 : Diversité des publics. La bibliothèque c’est pour qui ?
Chaque bibliothèque sélectionne le public qui lui correspond
Comment faire de la bibliothèque un lieu de brassage, utilisé et fréquenté par population dans toute sa diversité ?

Atelier n°2 : Diversité de l’offre. La bibliothèque, c’est un bouquet de pluralismes
Pour être un lieu d’ouverture et d’échanges, comment peut-elle être ouverte à tous les pluralismes : celui des idées, mais aussi celui des goûts et des genres, et finalement celui des services ?

Atelier n°3 : Coexistence des publics. Comment la bibliothèque peut-elle favoriser le vivre ensemble ?
Comment des publics peuvent se côtoyer, se mêler, ne pas s’exclure ?
Comment gérer des espaces et des temporalités pour être ouvert à tous ?

Atelier n°4 : Partenariats et transversalités. Construire avec qui ? Quels partenaires ? Quels liens avec les travailleurs sociaux, le secteur associatif ? Quelle transversalité avec les autres services de la collectivité ou de l’intercommunalité ? Quel lien avec les établissements d’enseignement ?

15h30 Pause

15h45 : Restitution des ateliers et synthèse

Synthèse par Dominique Lahary

16h45 : Fin de la journée

Tarifs :
gratuit pour les adhérents ABF
50€ pour les non-adhérents

 

 

 


Poster un commentaire

12 janvier 2015 : une journée historique pour les groupes Paris et IDF

hand-523231_1280  Le 12 janvier dernier, les groupes Paris et Ile-de-France de l’ABF ont organisé simultanément leur assemblée générale à la médiathèque de l’Abbaye – Nelson Mandela de Créteil. Cette journée constitue un tournant majeur dans l’histoire des deux groupes car les deux assemblées ont voté très largement pour la fusion des deux groupes. A partir de 2016, les deux groupes correspondront au découpage administratif de la région Ile-de-France.  Le conseil d’administration du groupe Paris se réjouit de cette décision qui permettra aux deux groupes d’être plus efficaces et plus cohérents pour les adhérents des deux futures ex-entités. D’ailleurs, l’organisation conjointe de plusieurs journées d’étude comme celle du 12 janvier 2015 sur le jeu en bibliothèque ou celle du 13 novembre 2014 sur les ateliers numériques constituent des gages pour l’avenir du futur groupe unifié.

P1210201P1210204

 

P1210205

P1210202

Cette journée a aussi été l’occasion de rappeler que les bibliothèques sont aussi Charlie.  Les atteintes à la liberté d’expression sont également une atteinte aux bibliothèque qui sont des lieux « où l’on peut accéder à toutes formes d’expressions, pour contrer l’intolérance et la censure et encourager le respect de l’autre et le vivre ensemble. » Par la voix de son président, le groupe Paris en a profité pour témoigner son soutien à toute l’équipe de Charlie Hebdo et aux proches des victimes de la barbarie. Nous reproduisons ici le texte écrit par Cabu (préface à Peut-on encore rire de tout, publié en 2012 au Cherche Midi éditeur) et lu par Bernard Mnich, président du groupe Paris, lors de l’assemblée générale :

« Peut-on rire de tout ?

Et pourra-t-on encore demain

Rire de tout ?

Ces questions méritent d’être posées…

 

Et c’est l’objectif de ce livre.

Pas de limites à l’humour

Qui est au service de la liberté d’expression,

Car là où l’humour s’arrête,

Bien souvent la place est laissée

A la censure ou l’autocensure.

 

Ni les religions et leurs intégristes,

Ni les idéologies et leurs militants,

Ni les bien-pensants et leurs préjugés

Ne doivent pouvoir entraver

Le droit à la caricature,

Fût-elle excessive. »

#NousSommesCharlie