Groupe Paris ABF

Le blog du groupe Paris de l'Association des Bibliothécaires de France

#ateliersnum Atelier BiblioBox #1

Poster un commentaire

bibliobox_ CC BY Thomas Fourmeux Retour sur la journée #ateliersnum du 13 novembre organisée à la médiathèque  Duras à Paris. Le premier compte-rendu porte sur l’atelier BiblioBox. Si vous avez participé à l’atelier n’hésitez pas à compléter ce compte-rendu dans les commentaires sous ce billet !

Qu’est-ce que la BiblioBox ?

La BiblioBox est un dispositif de partage d’œuvres au format numérique. Elle permet de télécharger des fichiers (livre numérique, photo, vidéo, musique…) depuis un smartphone, une tablette, un ordinateur portable. Ce dispositif est une déclinaison de la PirateBox qui a été transposée dans le monde des bibliothèques par Jason Griffey.

Comment ça marche ?

La BiblioBox fonctionne avec un routeur qui génère une couverture wifi et une clé USB qui sert d’espace de stockage des fichiers à télécharger. Il suffit d’activer le wifi sur son appareil, de repérer le signal émis par la BiblioBox et de s’y connecter. On ouvre ensuite son navigateur et on accède alors à l’interface de la BiblioBox. La BiblioBox génère son propre réseau et est totalement déconnectée du réseau Internet. Vous ne pouvez pas effectuer une recherche ou consulter vos mails quand vous êtes connecté à la BiblioBox. Par ailleurs, le réseau wifi de la bibliothèque et celui de la BiblioBox ne sont pas incompatibles. Les deux peuvent fonctionner simultanément.

Quels documents puis-je trouver dans la BiblioBox ?

La BiblioBox est accessible sans aucun identifiant ni mot de passe. L’accès est totalement ouvert. Cela signifie qu’on ne peut pas y déposer n’importe quel type de contenus. En effet, les œuvres dont les droits patrimoniaux n’ont pas expirés ne peuvent pas être diffusées via la BiblioBox. Autrement dit, on ne peut partager que des œuvres issues du domaine public ou publiées sous des licences qui autorisent le partage comme les Creative Commons.

Comment utiliser la BiblioBox ?

Les discussions qui ont eu lieu pendant l’atelier ont montré qu’il n’y avait pas une seule utilisation possible de la BiblioBox. Ce dispositif ouvre des possibilités de médiation variées. L’imagination représente la plus grande contrainte. Certains bibliothécaires envisagent d’utiliser la BiblioBox afin de promouvoir la scène locale. Après avoir obtenu l’accord d’artistes locaux pour diffuser leurs œuvres, les bibliothécaires organisent un travail de valorisation de la création locale en mettant leurs œuvres à disposition des usagers. Par ailleurs, la BiblioBox est un dispositif nomade qui peut être utilisé dans le cadre d’une activité hors les murs. D’autres bibliothécaires envisagent d’utiliser la BiblioBox selon des thématiques. Après avoir réalisé un travail de recherche et de sélection de livres numériques, de musiques ou de vidéos, les bibliothécaires proposent des documents qui s’articulent autour de la même thématique. Par exemple, si la thématique est la culture libre, on pourrait y mettre des livres pratiques sur les logiciels libres, de la musique sous Creative Commons, des documentaires ainsi que des logiciels libres. Cela peut d’ailleurs donner lieu à des ateliers informatiques sur les logiciels libres.

Des atouts

Les participants de l’atelier ont souligné plusieurs atouts de la BiblioBox. D’une part, c’est un dispositif innovant qui n’impacte pas le budget des collectivités. On dispose d’une BiblioBox pour moins de 80 euros. D’autre part, c’est un moyen d’introduire des ressources numériques et de se familiariser avec les questions de formats, d’applications de lecture. La BiblioBox est aussi l’occasion de valoriser les compétences documentaires des bibliothécaires. Ils peuvent mettre à disposition des usagers des contenus originaux et ainsi élargir leur horizon culturel. Ils mettent leurs compétences au profit de la sphère non commerciale et offrent ainsi des trésors qui ne sont pas cachés derrière des forteresses.

Des contraintes

Si la BiblioBox dispose d’un certain nombre d’atouts, elle présente également quelques contraintes. La BiblioBox est petite et émet un signal invisible. Ces éléments risquent de ne pas favoriser son appropriation par les usagers. Pour y remédier, cela nécessite de mettre en scène et scénographier ce dispositif afin de favoriser son utilisation. Une autre limite soulignée est liée au temps nécessaire pour effectuer une sélection documentaire. Si la musique libre dispose d’un portail comme Ziklibrenbib, on peut regretter l’absence d’un équivalent pour le livre numérique libre ou la vidéo. Il faudrait développer une plateforme qui mutualiserait les ressources libres disponibles sur le Web.

Pour en savoir plus sur la BiblioBox, il y a le site BiblioBox.net où vous trouverez des tutoriels pour configurer et paramétrer votre BiblioBox. Il y a également un forum dans lequel vous pouvez partager votre expérience, vos ateliers, poser des questions… Enfin, une carte des BiblioBox existe, n’hésitez pas à signaler la vôtre.

Advertisements

Auteur : Groupe Paris Abf

Blog du groupe Paris de l'ABF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s