Groupe Paris ABF

Le blog du groupe Paris de l'Association des Bibliothécaires de France

JE du 10 décembre 2013 – Enjeux numériques : quelle partition jouer avec les nouveaux outils de lecture ?

Poster un commentaire

hVoici un retour sur la journée organisée à la Gaîté Lyrique le mardi 10 décembre 2013. Cette JE a été très riche et a donné lieu à d’intéressantes discussions. Merci aux participants  d’avoir partagé leur expérience numérique !

Retrouvez ci-dessous le live-tweet de la journée. Merci aux twittos acharnés qui ont réagi à chaud et permis de réaliser un compte rendu vivant et collaboratif !

Cliquez sur l'image pour accéder au Storify !

Cliquez sur l’image pour accéder au Storify !

Et quelques photos comme si vous y étiez !

f

Vue du haut de l’auditorium

b

Vue du haut de l’auditorium 2

Pour un compte-rendu plus complet, vous pouvez lire la prise de notes collaborative qui a été faite par les participants à cette adresse :
http://lite3.framapad.org/p/enjeuxnum_abfparis
ou la découvrir dans la suite de ce billet

Enjeux numériques à la Gaité Lyrique : quelle partition jouer avec les nouveaux outils de lecture ?

  • Liseuses, tablettes, applications, ebooks font désormais partie de notre quotidien. Mais où en est-on du côté des bibliothèques ? Quelles sont les offres existantes et quels contenus pouvons-nous proposer à nos publics ? De plus en plus d’établissements font le pari de la lecture numérique. Succès, échec, quels bilans peut-on en tirer ? Le groupe ABF Paris organise une journée pour discuter et échanger sur les expérimentations en cours en bibliothèques.

Catherine di Sciullo inaugure la journée en présentant la Gaité Lyrique.

Il s’agit d’un centre de ressources dédié aux cultures numériques. C’est un lieu d expérimentation avec des cartes blanches d’artistes.
Ils disposent d’un parc de 10ipads mis à disposition pour tous sans inscription. C’est aussi un outil de médiation pour faire des ateliers.
Il n’y a pas d’inscription nécessaire. 2 iPads sont en accès libre.
Le centre met notamment en place l’atelier appli’quons-nous, un atelier en accès libre famille pour tester et découvrir des applications choisies par la Gaité Lyrique. C’est une mise en pratique du concept d applithécaire.
En terme de communication, après les mails, le centre recourt aux flyers !
Les applications permettent de créer un pont entre le papier et le numérique : les dessins deviennent animés, se transforment en sons, etc.
Il y a notamment l’atelier Fabrique ta propre histoire avec l’application il était des fois (http://iletaitdesfois.fr/)
Les enfants sont souvent 2 par 2 par tablettes pendant les ateliers.
Il y a aussi l’atelier à partir de l application Dans mon rêve (http://www.etoiles-editions.com/collection/dans-mon-reve )
+ Histoire Farfelues
+Ma petite fabrique à histoires appli qui joue avec les mots, les phrases. Les enfants peuvent proposer des
mots. Ils mettent souvent leur prénom et deviennent le héros de l histoire.  Chaque atelier peut être retrouvé sur le site de la Gaite Lyrique.
+ GoodBye Paper en incubation à la Gaite goodbyepaper.fr
Il y a la revendication d’un esprit do it yourself à la gaite, pas d’atelier pédagogique mais chacun vient apprendre et échanger ses expériences.
C’est un espace collaboratif pensé pour l exercice de la culture numérique.
A la gaîté lyrique, on ne parle pas d’atelier pédagogique mais de découvertes.
Une veille collaborative est effectuée par les documentalistes de la Gaité et et la réflexion est collaborative pour organiser des ateliers.
Il y a actuellement des projets de partenariats avec BsF pour mener des actions auprès des primo-arrivants.
Une importance particulière est accordée à la médiation pour les activités en lien avec le numérique.

Prêter les tablettes et les liseuses, l’expérience de la bibliothèque d’HEC, Agnès Melot, Directrice de la bibliothèque

Prêt de tablettes aux étudiants
Adoption du modèle PDA pour les acquisitions des ebooks de la bib, les utilisateurs déterminent les acquisitions. Ebrary est un exemple de prestataire sur le modèle PDA (vor le ibillet de Silvère Mercier http://www.bibliobsession.net/2011/03/03/du-bouquet-aux-acquisitions-faites-par-les-usagers-un-equilibre-a-trouver/ )
Il y a une demande croissante des étudiants pour les contenus numériques.
Tous les éditeurs ne fournissent pas forcément une version numérique d’un manuel : c’est dommage, car cela répondrait à une demande forte de la part des étudiants.
En mars 2012 : Library Day, journée d’animations et de démonstrations avec un atelier de découvertes de lectures numériques grâce à leur parc de liseuses et tablettes.
Objectifs  de la bibliothèque HEC :
– mettre en place un service de découverte
– définir le public (étudiants, enseignants)
– prêt de15 jours pour liseuses et une semaine pour ipad. (Sans caution, juste charte)
ensemble de l equipe a été formé aux iPads avec mise et place d un club iPad animé par une personne de l’équipe.
iPads et liseuses sont catalogués dans le SIGB (entrée par matériel et par titre contenu dans la machine)
materiel stocké et sécurisé à l accueil de la bibliothèque.
Bilan sur un an :
122 prêts effectués 60% pour les tablettes.
surtout enseignant et personnel qui empruntent tablettes. Étudiant sont plus équipés.
1 iPad cassé, une Kindle perdue…
90% de satisfaction.

Projet liseuses et tablettes à Douarnenez : mise en oeuvre et retour d’expérience, Agnès Leroy, Directrice de la médiathèque

Tablettes et liseuses en Dracénie, quels contenus ? Pierre Angot, Responsable du développement numérique

Modérateur : Thomas Fourmeux, Assistant multimédia, réseau des médiathèques d’Aulnay-sous-Bois

Douarnenez :
    La médiathèque a été créée en 2006. Avant, il n’y avait pas de BM.
    A proximité du centre-ville, sur le port. 11 personnes. Budget documentaire : 50 000€
    Budget animation 6 000€
    25h d’ouverture /semaine
    3000 emprunteurs
    Projet tablettes/liseuses dans un cadre de dynamisation.
    Liseuses pour découvrir la lecture numérique
    Tablettes pour attirer de nouveaux publics, découvrir la navigation sur internet autrement.
    Inspiration : les champs libres à Rennes, animation e-Calin au Rize
4 liseuses Sony
2 ipad
Budget de 2100€
Liseuses prêtées sans caution, pour 10 jours.
Les tablettes sont en accès direct mais pas prêtées.
Tablettes sont d’abord pour les animations avec des classes.
La bibliothèque participe au projet 100 bibs 50 epubs Publienet
Communication très forte : mail, site web, bouche à oreilles, …
Rematérialisation des contenus au moyen de fantômes
Prêt de liseuse : acte de médiation préparé en amont, explications d’une dizaine de minutes auprès de l’usager.
Traitement bibliothéconomique des liseuses.
Sécurisation des tablettes avec des coques : elles sont fixées sur place.
Difficultés : crainte du vol (de la part de la tutelle notamment), importance de ne pas demander de caution.
Relativiser le prix en comparant à d’autres achats.
Pas de problème de détèrioration.
Evaluation quantitative des usages : quasiment pas de prêt au début, aujourd’hui toutes sont empruntées et réservées.
On enregistre une quarantaine de prêts par support sur une période d’un mois, ce qui est satisfaisant.
40 personnes comparé au nombre d’habitants, c’est peu, mais très satisfaisant pour ceux qui ont emprunté, et il s’agit d’une première expérience.
Evalusation qualitative :
Succès du prêt, mais concernant les usages sur place : doutes, car il s’agit essentiellement de Facebook. Réflexions pour faire évoluer cette partie du projet.
Il y a eu des publics venus seulement pour les tablettes : donc de nouveaus usagers, qui reviennent (et qui pour certains utilisent d’autres services que les tablettes).
Tout ceci s’inscrit dans un projet numérique plus global (site web, proposer davantage en accès distant, etc.)
Dracénie : Draguignan
EPCI communauté d’aglo (19 communes) entouré de Nice Toulon Marseille et Aix en Provence.
Jeune réseau (2012)
Projet de s’inscrire comme acteur majeur du numérique pour le nouveau projet de Chabran.
Projet en cours de développement, tablettes et liseuses depuis septembre 2013.
Choix du matériel
Tablettes :
Modèles récents. Choix militant d’Androïd. 28 tablettes, dont 1 ipad (en 2014 davantage avec diversification du parc, modèles à stylets, ipads, windows ?).
Occasion de développer une couverture WiFi.
Liseuses :
Les liseuses seront à emprunter pour un mois, comme les documents.
Intégration au SIGB.
Question de la supervision technique :  Calibre pour les liseuses, un compte Google pour les tablettes.
Sécurisation avec possibilité de bloquer à distance les tablettes : Meraki, Applock (pour bloquer des applications), App Usage Tracker (statistiques envoyées par mail automatiquement).
Root des tablettes, clones : simplification pour tout remettre à zéro.
Contraintes des marchés publics / mais solution avec accès à carte bleue.
Problème des DRM.
Evitement des applications avec trop de pubs ou des pubs trop intrusives, en particulier dans un contexte où le public jeunesse est concerné.
Contenus : fictions, documentaires, presse, BD/Mangas.
Domaine public, payant, libre de droit + 100 bib pour 50 epubs.
Les applications sont intégrées dans la politique documentaire
Cahier des charges de ressources numériques orienté pour un évitement des DRM. Faut-il les faire sauter ?
Veille tournée vers Androïd.
Suivi de Bibapps.
sensibilisation des collègues
Premier bilan des usages des collègues : contextualisation, démonstrations puis prêt à chacun.
Réactions assez similaires aux usagers.
Questions : 
Outils :
Bibapps.com http://bibapps.com/ : BDD collaborative, permettra à tous les bibliothécaires jeunesse de partager leurs expériences avec les tablettes. L’un des objectifs est de ne pas perdre du temps de veille.
Première année pour la PBD : 800 applications testées pour 80 retenues.
http://pollen.slpj.fr/ : Pollen, portail créé par le salon du livre jeunesse de Montreuil.
Retour sur le problème des DRM. Les DRM peuvent-ils être outrepassés ? Non, même si le DRM entre en contradiction avec l’exception de copie privée.
Question de la relation avec les DSI. A Douarnenez, choix de minimiser leur intervention car ils sont souvent occupés par d’autresp rojets. Ils ont donc suivi les préconisations et commandé les supports.
Mazars à Albi : 50 liseuses, 10 comptes à gérer. Difficile à proposer mais permet de proposer de nouveaux titres.
Problème de l’achat de livres numériques : ou acheter ?
Couperin et Carel n’ont pas été abordés mais ce sont des associations qui comptent sur le sujet du numérique.

Evelyne Mazars, TabEnBib, Albi

Parc de 14 tablettes : Ipad, Galaxy Tab, Archos 101 choix de la diversité pour ne pas faire de préférence.
tablettes prêtées de façon nomade sans caution sur présentation carte adhérent  sans charte d utilisation
Les tablettes sont enregistrées sur les cartes des usagers : permet aussi de faire des stats de prêts…
Faible consultation des livres du domaine public : ils ne sont donc pas mis.
334 titres numériques.
Prêt 3 semaines, comme les documents.
Pas de caution NI de charte d’utilisation.
Les machines sont prêtées dans un petit sac avec le cordon, un mini guide rédigé par l’intervenante Evelyne Mazars et un questionnaire [totalement négligé par le public]
Achat via la librairie Ombres Blanches sur ePagines.
Réflexion sur les DRM et les sans DRM… Choix de brider les copies des sans DRM à 5 + 1 comme avec les DRM. (brider pour fidéliser)
50 liseuses qui sortent en permanence, notamment parce que les titres sont attractifs et renouvelés régulièrement.
Les liseuses sont cataloguées. Importance d’avoir de la visibilité dans nos fonds avec des titres référencés au catalogue.
Implication de tous les agents : connaissances de base sur les machines et réalisation des prêts/retours.
Un référent numérique par structure.
Au début, réticences de certains agents : il a fallu former les collègues. Désormais, il n’y a plus ces réticences.
Rien n’est bloqué sur les tablettes à l’exception de la possibilité d’ajouter/supprimer des applications. Les tablettes sont nettoyées tous les jours.
Nettoyage  systématique des tablettes pour des raisons de confidentialité et respect de la vie privée des utilisateurs.
On a des lecteurs qui viennent vraiment pour le contenu proposé, notamment parce que le livre est plus rapidement disponible que en version papier. Il y a aussi une demande pour avoir des documents sur leurs propres outils. Mais d’autres emprunteurs sont très contents de ne pas avoir à gérer l’entretien et se satisfont parfaitement d’emprunter l’outil à la bibliothèque.
Différence entre les emprunteurs pour liseuses (plus de 25 ans) et pour tablettes (moins de 25 ans, ne consultent pas les applications sinon les jeux et Marmiton)
Les 25 machines sont osuvent toutes utilisées en même temps pour consulter internet.
On s’est quand même posé la question de savoir pourquoi les applications n’étaient pas utilisées. On a remarqué que les gens ne connaissant pas les applications n’osent pas les utiliser. On a mis en place une valorisation des applications pour la jeunesse par un gros travail de médiation auprès des parents.
Question : envisagez-vous de couper internet pour que les personnes utilisent les applications ? Non, internet fait partie des fonctionnalités intégrantes de la tablette.
C’est un constat à accepter, le fait que les personnes ne soient pas obligées ( 🙂 ) d’utiliser les applications mais sont libres d’aller sur internet… comme pour les ordinateurs.

Table ronde : Iznéo, Dawson, L’Harmathèque, OpenEdition Books, modéré par Sébastien Respingue-Perrin

Lancée en 2010
34 000 ebooks en sciences humaines
Diffusion d’autres éditeurs comme Académia.
Offre de VOD et de livres audio.
Mise à jour bimensuelle de l’Harmathèque. 2650 titres /an pour l’Harmattan principal source de l’Harmathèque
Plateforme de diffusion et de distribution de BD numérique. Mars 2010.
5 000 albums dans tous les genres.
1ere plateforme de BD au niveau europeen. A chaque fois qu’un titre paraît, il sort aussi en numérique sur la plateforme.
Izneo propose des abonnements à l’année sur place via les ordinateurs et les tablettes des bibliothèques.  Offre par nombre de connexions.
Acces en streaming par reconnaissance d adresse iP donc pas de DRM.
Offre BD pass donne accès à l ensemble du catalogue.
offre Bd pass500 permet à la bibliothèque de constituer un bouquet. Recommandé pour commencer avec la bd numérique.
3 sortes d’accès en fonction de l’âge de l’utilisateur famille = enfant ; ado adulte = ado (+ enfant) ; général = accès complet. L’usager demande accès à un des trois catalogues constitués par izneo : catalogue famille
Après avoir fait le papier pendant des décennies, Dawson passe au numérique.
Racheté par Smithnews.
Solution Pick&Chose
Modèle d’acquisition basé sur le modèle d’acquisition du livre papier.
Streaming ou téléchargement 7jours.
Titres non acquis peuvent être consultés 5 min.
« Garantie que le lecteur n’a pas le pdf » les éditeurs sont ravis !
Seulement 10% du livre peut être copié et 20% imprimé (dépend de l’éditeur).
297 000 titres, plus de 630 éditeurs (dont 40 éditeurs français, soit 2% de l’offre). En France, le catalogue en français reste le plus recherché.
Choix de prêts de 1 à 3 jours, on peut ajouter des notes…
Soutien du CNRS, de l’AMU, de l’EHESS, BSN, …
Dépend du Cléo.
Revues.org, Hypothèses, OpenEdition Books, Calenda
Modèle du Freemium (PDF et Epub si on paye).
Édition numérique faite par des scientifiques pour des scientifiques. Textes validés par les pairs.
Objectif : que les utilisateurs utilisent la plateforme Openedition plutôt que de se contenter de télécharger les documents.
La journée s’est terminée sur les mots du président du groupe AbF Paris, Bernard Mnich.
Advertisements

Auteur : Groupe Paris Abf

Blog du groupe Paris de l'ABF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s